En partenariat avec
 
 
 
Communication à la 11e Assemblée Générale du CODESRIA (Décembre 2005, Maputo)
 
"La place et le rôle des oeuvres d'art dans le développement africain : cas du Congo-Brazzaville"
Par Kouéna Mabika Louis
Centre d’Etudes et de Recherche sur les Analyses
et Politiques Economiques (CERAPE)
 

RESUME

L’expérience des sociétés développées et celles qui émergent aujourd’hui confirme le primat
de la culture sur le développement. En effet, la culture, dans son acceptation moderne est une
appréhension du monde contemporain dont le savoir, la création et l’innovation sont des
signes logiques du développement.
Par conséquent, la dualité culturelle issue de la colonisation en Afrique a freiné le
déploiement des capacités créatrices des populations privées de leurs atouts culturels. Les
artistes congolais par leurs oeuvres d’art contribuent à la réappropriation de l’identité
culturelle étouffée pa rla colonisation et l’hégémonie culturelle occidentale.
Inventer le développement durable implique la construction d’une nouvelle vision culturelle.
En fait la maîtrise culturelle libère les énergies créatrices du développement par la voie de
l’art. L’art africain intègre les trois éléments de l’univers : la nature, l’homme et le divin. Il
vise non pas l’individu isolé, mais l’homme intégré, profondément solidaire du groupe et de
la communauté (L.S.Senghor 1969 ). La peinture et la sculpture qui sont des supports
culturels très symboliques et porteuses des valeurs de travail sagesse, de dialogue et
contribuent efficacement au développement. L’Etat doit promouvoir une politique culturelle et
artistique favorable au développement.
MOTS CLES : valeur sociale, esthétique nègre, oeuvres d’art, inter culturel, identité,
développement, Congo-Brazzaville

INTRODUCTION

Le concept du développement est présenté dans le rapport de Brundtland comme une
combinaison de trois éléments suivants : l’économie, la solidarité et l’écologie. On peut
observer que dans cette définition, il est omis un élément de grande importance, la culture. Un
développement qui n’a aucune base culturelle activée par le feu de l’art ne peut logiquement

être durable, quel qu’en soit le contexte. Frederick Antal (1887-1954)) dans "la peinture
florentine et son arrière plan social au XlVème siècle et au début du XVème siècle" défend une
approche de l’histoire de l’art qui est concomitante à l’histoire sociale. Il considère les oeuvres
d’art comme des mises en forme des facteurs socioéconomiques et culturels. A l’inverse,
certains auteurs associent l’oeuvre d’art exclusivement comme un objet de divertissement
véhiculant une vision purement esthétique. Cette approche est celle qui domine dans la
conception occidentale européenne de l’art. L’approche négro africaine combine les deux
aspects dans la conception artistique : l’esthétique et l’utilité sociale (Check Anta Diop,
1979). Malheureusement cette vision de l’art et de la culture qui sous-tend le développement
africain a été étouffée par la colonisation. Ainsi, la place et le rôle des oeuvres d’art dans le
développement ne peuvent s’envisager que dans cette approche, en tenant compte des
valeurs relatives à la modernité. La valeur sociale semble t-il, est plus conforme à la
reconstruction des structures sociales communautaires.
Cette communication vise les objectifs suivants : montrer le rôle et l’importance de la
contribution de la culture dans le développement (i) ; montrer l’impact des oeuvres d’art sur le
développement (ii).
En nous basant sur les oeuvres d’art réalisés au Congo (Brazzaville) comme la peinture, la
sculpture principalement contenue dans l’art contemporain qui certes, est le plus globalisant,
nous avons axé notre méthodologie sur l’enquête et l’étude des monographies, des catalogues
et des institutions publiques et privées concernées. L’objectif est de collecter les données et
informations sur les conditions de création et de valorisation des artistes, le comportement de
l’offre et la demande des biens artistiques. La population ciblée comprenait les peintres et
sculpteurs, les ateliers d’art, les galeries, les musées implantées à Brazzaville en effectuant
plusieurs passages. Les entretiens avec les artistes dans leurs ateliers ainsi qu’avec les
distributeurs dans les galeries ont permis d’obtenir des éléments d’appréciation des oeuvres
d’art et leur contribution au développement.
La démarche comprend trois points : le premier montre l’importance de l’art dans le
développement, le second aborde les relations entre l’art et l’économie du développement et
enfin le troisième propose une nouvelle approche du développement africain fondé sur l’art.
En conclusion, seront faites des recommandations pour une politique culturelle et artistique au
service du développement.
1) Importance des oeuvres d’art dans le développement
a) L’importance de l’art dans le développement humain
L’art est le ferment nécessaire qui conduit vers une réelle transformation de l’être humain et
de son développement, car parmi les multiples voies de la connaissance, la voie artistique est
la plus douce, et certainement la plus marquante et la plus durable (Kandinsky, 1989).
L’homme est par construction le siège de certains attributs, c’est à dire des qualités présentes
comme la sagesse, l’amour, la bonté, l’intelligence, la beauté, la patience, etc. Les toiles de
Mbueki Chantal, artiste évoluant au Congo, éveillent le sens de la beauté. L’émergence de
ces qualités dans l’homme sollicite un apport effectif de l’art qui est le langage privilégié de
la conscience. Cette capacité de pénétrer la conscience et de la transformer est la fonction
authentique de la création artistique. L’oeuvre d’art a le pouvoir de créer au sein de l’homme
une résonance intérieure pour le déploiement de ses qualités intrinsèques. Ainsi donc les

impératifs de perfection au niveau du créateur supposent l’existence des saines conditions
psychologiques. Dès lors, s’impose une hygiène mentale due à la noblesse du métier d’artiste
(Kandinsky, 1989).
Le public est séduit en peinture par la force de l’ouvrage, les yeux découvrent les beautés
singulières qui génèrent la détente et l’instruction.
Un tableau réconcilie avec la vie, il conduit à trouver un meilleur rapport avec le monde, ou
simplement comme le dit Van Gogh, « un bon tableau est quelque chose de consolant ». De
même que les objets visibles pénètrent l’esprit par les yeux qui sont les voies par lesquelles la
conscience s’éveille à travers les ouvrages de peinture. Le rôle primordial du peintre est donc
d’ouvrir ces voies et de les rendre agréables par la force de l’harmonie pour les besoins
hautement fonctionnels de la conscience et du développement humain.
Le développement en terme d’efficacité est surtout dû à l’élévation qualitative des ressources
humaines qui amènent le travailleur à une plus grande productivité. On peut élever la qualité
du travail avec des loisirs féconds, c’est-à-dire des expositions d’oeuvres d’art ayant un
contenu éducatif important1. Les oeuvres d’art abstrait développent la réflexion et la créativité.
Celles de Michel Hengo, artiste brazzavillois, par exemple la peinture « le destin » suscite la
réflexion sur la vie et ses écueils. Or le développement dans toutes ses dimensions est nourri
par la réflexion.
b) Promouvoir l’identité culturelle
Un autre aspect qui montre l’importance de l’art, est sa capacité à affirmer l’identité culturelle
d’une nation ou d’une communauté.
L’ethnobiologie, une science relativement récente, illustre l’influence du culturel sur la
biologie à telle enseigne que "frustrer des populations de leur culture revient à compromettre
leur équilibre vital et souvent leur survie". Cette thèse a été confortée par l’un des participants
au sommet mondial du développement durable : "dans un pays, on considérait que la
préservation de la culture et la création d’une identité étaient des éléments constitutifs du
sentiment de dignité humaine. Le sentiment d’appartenance à une communauté est important
si l’on veut conserver une société saine et viable" (Colloque AUF, 2003).
Chaque pays a tout intérêt à promouvoir son patrimoine authentique à travers les
manifestations culturelles et populaires pour stimuler profondément la conscience collective,
et assurer la cohésion sociale. Les décideurs veilleront à la création d’un cadre culturel
intégré et intégrateur sans omettre les apports extérieurs en vue d’enrichir sa propre culture
tout en incorporant les éléments nouveaux. Ensuite, ils doivent penser à créer des
" institutions pertinentes et efficaces qui soient à la fois ancrées dans l’authenticité et la
tradition et ouvertes à la modernité et au changement", dans le but d’activer la confiance en
soi de la nation et éviter la fragmentation sociale entre les élites et la majorité démunie. En
vérité, "si nous nous débattons aujourd’hui dans l’impasse, c’est peut être parce que nous
avons bafoué beaucoup de ces valeurs. Pensons aux valeurs élémentaires, mais essentielles de
solidarité, de justice, d’entraide, etc." (M. Mpangu, 1980).
2) Lien entre art et économie dans le développement au Congo

1 cf. Les oeuvres de David Makoumbou, artiste peintre congolais, visent à éduquer la voie de la sagesse. Exemple le tableau intitulé « Le
conseil des sages » qui exprime l’importance de la palabre (dialogue) dans la résolution des conflits.

Après des considérations d’ordre général, il nous faut maintenant nous appesantir sur la réalité
congolaise, en particulier les éléments qui font le pont entre l’art et l’économie.
a) Les oeuvres d’art et l’économie
D’une manière générale, les normes de valorisation d’une création artistique ne sont pas
exactement saisissables compte tenu des facteurs quelquefois subjectifs et non quantifiables
qui interviennent dans le procès de création. Le temps et les sources d’approvisionnement de
l’artiste sont vraiment imprécis à cause du caractère informel de son travail. Encore que les
mécanismes de l’offre et de la demande ne peuvent fonctionner correctement. Mais l’on note
que les oeuvres d’art sont parfois vendues à des prix très élevés ; c’est le cas du "masque
d’initié lukungu" du 19ème siècle en ivoire patine rouge sombre de l’ethnie lega en
République Démocratique du Congo, présenté à la Maison de ventes aux enchères parisiennes
qui a coûté 2,4 millions d’euro, un record mondial1. Un exemple aussi clair sur la
considération économique de l’oeuvre d’art suppose qu’elle soit sensée contenir des valeurs
propres et stimulantes pour les collectionneurs ou amateurs d’art.
En effet, l’ensemble des valeurs propres associées aux oeuvres d’art sont : la valeur sociale ou
utilitaire, la valeur esthétique, la valeur cognitive et la valeur de prestige qui est relative au
temps et à la renommée de l’artiste (Herroro Prieto, 2002).
De ce qui précède, il en résulte que la valeur économique ne peut être que la résultante des
différentes valeurs envisagées ci-dessus.
b) Les valeurs associées aux oeuvres d’art congolais dans l’économie
En économie de la culture, les oeuvres d’art font partie du patrimoine historique d’une nation.
De par la spécificité de leur offre et de leur demande dont l’évaluation s’avère difficile, ces
types de biens spéciaux intègrent le système économique et participent à la production
nationale, à travers leurs ventes, les frais touristiques et les taxes liées aux métiers de la
culture et des arts, y compris les frais d’exportation.
Le patrimoine historique en tant que processus d’identification sociale est un ensemble
complexe de produits et de dérivées de la culture. Telle est la raison qui justifie ici le choix
porté uniquement sur la peinture, la sculpture. La place et le rôle des oeuvres d’art dans le
développement africain dépendent des conditions de création, de valorisation et de l’impact
qu ‘elles représentent dans la croissance et le bien être de la population. La combinaison
dynamique de ces facteurs associés à d’autres non moins importants tels que les stratégies et
les réseaux a valeur d’induction sur le développement sectoriel.
A la question du savoir comment les oeuvres d’art peuvent participer au développement, nous
avons sur la base d’une enquête auprès de 16 artistes, 6 ateliers, 4 galeries et 1 musée.

1 cf. journal des arts n° 20 du 19 au 22 septembre 2005. :

Nous allons à présent examiner les valeurs associées aux oeuvres d’art des artistes enquêtés.
 "Le conseil des sages", une oeuvre de David Makoumbou possède une très forte valeur
sociale. Il contient des symboles qui représentent la justice, la paix, la sagesse etc.
Dans sa valeur cognitive, l’oeuvre, à travers les peaux d’animaux sur lesquels les
hommes sont assis, l’ivoire des bracelets et le tabac qui bourre les pipes représentés
sur la toile, symbolisent bien un système économique traditionnel régi par la chasse,
la cueillette et l’agriculture. Tout est présenté dans une figuration qui donne une
é motion singulière à même de purifier l’âme des instincts guerriers. Ici l’hypothèse de
la fonctionnalité de l’art se démontre aisément, l’oeuvre est susceptible de stimuler des
valeurs de dialogue, d’amour et de paix qui sommeillent en nous. Avec "une écriture
symbolique de l’ordre social quand l’art n’appartient plus au seul domaine du beau,
l’artiste explore les valeurs d’une civilisation. Dans un univers où l’homme se sent
responsable de l’ordre du groupe, de sa communauté, il tend par une attention
constante à ne pas en rompre l’harmonie (…). Il exploite le symbolisme à fond, se sert
du nombre, des personnages et des éléments physiques tels que le balai, le bâton, le
pagne etc. Tous deviennent des supports explicatifs des valeurs (sagesse, justice,
solidarité, convivialité) qui soutiennent une tradition encore riche et forte" (L.Kouéna.
Mabika, 2004). Ce tableau valait 3.000. 000 de F CFA.
 Le "sous bois" du même auteur dont l’histoire est simple mais significative, se résume
en une traversée de la rivière avec un pont localement appelé "moukokodi". Cette
peinture a frappé une des grandes personnalités politiques du pays de par sa grande
valeur sociale qui représente le commerce dans la vie communautaire, une vision de
l’intégration économique en Afrique. Une oeuvre de style moderne, sans trop de détails
avec un coucher de soleil à la limite du réel. Elle est travaillée techniquement au
couteau, huile sur toile. L’oeuvre a coûté 1.000.000 de F CFA achetée par son
admirateur.
 Jean Bosco Bissala est un artiste qui travaille sur l’art "luba" de la République
Démocratique du Congo. Sa paire de "hérons" est une sculpture en cuivre. Elle
explique la civilisation luba qui considère la femme comme une chose, l’homme
règne en dictateur. Ainsi les deux "hérons" avec les têtes inclinées symbolisent un
hymne à l’humilité, cette valeur qui défie l’orgueil et incite à la modestie ; elle valait
200.000 F CFA.
 "La femme arc-en-ciel", un grand tableau de Balonga Badoudy qui symbolise la
sensualité et la force de l’arc-en-ciel a été vendu 1.000.000 de F CFA par l’association
New Maa à un touriste. En fait, l’arc-en-ciel (lukongolo) incarne une valeur sociale
très forte dans l’aire culturelle Kongo, il est symbole de protection contre toute sorte
de maux et calamités sociales et l’espoir.
 "La femme pygmée à la chasse" de Mbueki Chantal avec une sagaie en main
symbolise le travail de la femme et son dynamisme. C’est la valeur sociale de l’oeuvre.
Elle valait 300.000 F CFA présentée lors de l’exposition du 125 ème centenaire de
Brazzaville en septembre 2005.
 "le masque Nandé" qui est une ethnie de la R D C. Il symbolise la tristesse, une
é motion qui par identification, peut aider les autres à évacuer leur propre tristesse,
c’est sa valeur sociale. Présenté à la Mairie de Brazzaville, il valait 200.000 F CFA.
 "Dialogue des mamans" de Lydie Kouboukoulou, symbolise la consultation des esprits
qui est courante chez les africains, c’est ce qui caractérise la spiritualité négroafricaine.
Une valeur identitaire très forte. Exposée à la Mairie de Brazzaville, l’oeuvre
valait 600.000 F FCA.

 "Solitude" de Trigo Piula est un hymne à l’identité de l’ethnie Vili. Il s’agit de mettre
en valeur la "Tchikumbi1" qui représente la pureté caractérisée par la transition d’une
jeune fille de l’adolescence à la maturité avec tout le complexe éducationnel que cette
période représente. Elle valait 700.000 F CFA.
 "La grosse femme et un poisson" de Marcel Gotène sur fond noir symbolise le
caractère doux de la femme africaine. Elle valait 650.000 F CFA. L’artiste dans sa
démarche fait oeuvre d’hermétisme2.
 "L’affection maternelle" d’Aurélie Diansayi contient une grande charge émotive, avec
les mouvements authentiques des personnages3 .Elle valait 350.000 F CFA.
 "Cuisson d’une sauce" de Francis Tondo Ngoma (N. Bissek, 1995) qui montre
plusieurs femmes en train de faire la cuisine symbolise la convivialité et l’entraide.
Une réussite totale sur les postures africaines. La femme travailleuse est mise en
valeur. Elle valait 500.000 F. CFA.
 "La pileuse" une sculpture de Rhode Makoumbou, très symbolique, elle est totalement
africaine. Ses oeuvres ont une valeur identitaire très remarquable, et devraient
normalement être collectionnées pour les musées, car ses thèmes ressuscitent les
métiers du passé. Les touristes aiment acheter ses oeuvres. Elle valait 800.000 F CFA.
 "Le destin" de Michel Hengo, une peinture abstraite avec une main et un pied comme
symboles forts, ces deux éléments résument toute la vie humaine. Avec des pans de
tissus collés aux formes irrégulières, parfois cousus avec des couleurs représentant les
é checs, les réussites, les incertitudes, les joies et les mélancolies. Elle suscite
L’émotion et la réflexion. Elle valait 500.000 F CFA.
 "Le malafoutier" ou « récolteur de vin » de Rhode Makoumbou. Le vin de palme
participe à la vie communautaire en Afrique (les veillées, les mariages, les causeries,
les traitements spirituels et traditionnels etc.), et le palmier en lui-même règle
plusieurs questions socioéconomiques et culturelles. Exposé à Bruxelles dans la
galerie de Marc Dengis, l’oeuvre valait 7.000.000 F CFA.
En quoi, ces valeurs sociales peuvent-elles contribuer au développement africain ?
Leur contribution peut être identifiée à plusieurs niveaux :
Sur le plan fonctionnel, ces oeuvres contribuent à éduquer les générations actuelles sur les
traditions, us et coutumes de la société passée. En faisant le lien avec le passé, elles montrent
les sources d’où proviennent les hommes et mettent en évidence le caractère historique des
faits sociaux. Ainsi, il est possible à partir de ces oeuvres de mieux comprendre le présent et
mieux prévoir l’avenir. Le développement social est assurément un trait d’union entre les
différentes phases de l’histoire de la société à savoir le passé, le présent et le futur. Ces
oeuvres en véhiculant les grandes valeurs morales comme le travail, la dignité, la sagesse, la
paix, le dialogue, la solidarité, le courage, etc. contribuent à perpétrer des valeurs qui sont
fondamentales pour la cohésion et le développement social et qui sont aujourd’hui mises sen
péril par la société capitaliste et la mondialisation.
Si nous prenons une oeuvre comme « la femme arc-en-ciel » de Balonga Badoudy qui signifie
le « lukongolo » (arc-en-ciel en langue Kongo) et qui symbolise la protection contre toutes
sortes de maux et calamités sociales, le peintre montre dans une certaine mesure la confiance
en soi, l’espoir car, l’apparition de l’arc-en-ciel au Congo est perçue comme un signe d’espoir
face à une éventuelle tempête ou un ouragan dévastateur. L’africain a énormément besoin de

1 cf. Trigo Piula 2003, ed. mokand’art,, Brazzaville.
2 cf. M. Gotène, 2003, ed. mokand’art,, Brazzaville.
3 cf. A. Diansayi, 2003, ed. mokand’art,, Brazzaville.

croire en ses capacités à transformer la société et à la conduire vers le développement.
L’histoire tragique liée à l’esclavage et à la colonisation ainsi que qu’aux événements
dramatiques qui se déroulent aujourd’hui sur le continent (famines, guerres, épidémies,
barbarie politique, injonctions intempestives de puissances étrangères, pauvreté, etc.) tendent
à inciter l’homme africain au désespoir, au découragement et à croire que son salut pourrait
provenir de l’extérieur, etc. Or, sans confiance en soi et espoir en l’avenir, il ne saurait y avoir
d’hommes capables de réaliser le progrès et le développement. C’est ce que l’artiste a compris
et qu’il s’efforce de transmettre au public.
L’identité culturelle est aussi un autre élément qui favorise le développement et que les
oeuvres d’art tendent à mettre en évidence. Chaque peuple possède sa propre identité
culturelle qui s’exprime à travers ses comportements alimentaires, vestimentaires,
linguistiques. Cette identité s’exprime aussi à travers les relations sociales (mariage,
naissance, obsèques, danses, religion, échanges, etc.). Les oeuvres d’art traduisent de façon
é difiante cette culture. Si celle-ci est étouffée, la société perd ses repères et son identité ainsi
que sa vitalité et son dynamisme. Dans ces conditions, le développement est freiné Ainsi, les
oeuvres d’art contribuent par les images qu’elles nous renvoient à nous réapproprier notre
culture, à s’identifier à elle et à la défendre comme une source d’originalité et de créativité.
L’imitation aveugle est un mal qui ronge l’africain depuis plusieurs décennies. Nul doute que
cela l’empêche de comprendre son environnement propre, ses potentialités et de contribuer au
développement de l’humanité.
Sur le plan de l’esthétique, l’art africain a toujours été au service d’une cause sociale comme
il doit le rester. Ainsi, l’artiste africain a toujours atteint le beau, l’esthétique, à travers l’utile
(Cheick Anta Diop, 1979). L’art en contribuant à valoriser l’esthétique africaine dans ce
qu’elle a de spécifique (cas de Trigo Puila avec ses peintures sur la « Tchikumbi ») montre
que la beauté africaine est d’égale valeur que l’esthétique dans les autres civilisations. Cela
renforce la confiance en soi et contribue à favoriser le développement.
c) Le tourisme et le marché de l’art dans le développement
De cette enquête, il ressort que le marché de l’art au Congo est très florissant au point où
certains artistes avaient refusé personnellement d’intégrer les structures de l’Etat1. Ce marché
s’est effondré à partir des crises sociopolitiques et des guerres successives que le pays a
connues. Ce qui l’a rendu de moins en moins fréquentable par les touristes qui constituent la
demande potentielle des oeuvres d’art congolais. Timidement, il est en train de se refaire.
D’ailleurs, à Brazzaville, deux galeries viennent d’ouvrir les portes (Ngalifourou et Beaux
Arts) au marché du plateau, à coté de la galerie « An’case » qui existe il y a trois ans environ,
sans compter l’ancien marché des oeuvres d’art tenu par les étrangers. Ce dernier est le plus
fréquenté de tous par les collectionneurs ou amateurs d’art.
On note également l’entrée considérable des jeunes dans le domaine de l’art. Malgré les
aléas du métier, les sorties sont rares. Certains artistes, notamment les plus créatifs, vivent
essentiellement de leur art, en réalisant beaucoup de créations (portraits, illustrations, cartes
postales). Ils déplorent la non existence d’institutions spécialisées capables de promouvoir les
créateurs afin de stimuler la consommation et accroître la demande en oeuvres d’art. Celle-ci

1 "il s’estreposé le problème de l’intégration à la fonction publique. Ensuite MOKOKO et moi, on a refusé, la fonction publique c’était
60000 F CFA par mois, alors qu’en vendant nos tableaux on pouvait avoir 200.000 F CFA par tableau" (M. Hengo, 2003).

est essentiellement composée des touristes dont la fréquence n’est plus régulière, des
coopérants ou diplomates, des élites et quelques particuliers qui veulent bien orner leur
maison ou faire des cadeaux.
De temps en temps, l’Etat organise des expositions en invitant les artistes à présenter leur
dernière collection, mais de façon sporadique, uniquement lors des évènements nationaux.
La précarité des revenus dans le secteur s’explique aussi par l’absence d’une politique
culturelle et touristique à même de rendre le pays visible et de plus en plus fréquentable.
Alors que la connaissance du pays en dépend pour attirer les investisseurs étrangers.
Au Congo, la classe des possédants a des préférences plus orientées vers les biens de luxe
comme les voitures, la plupart de personnes de l’élite politique ne possèdent presque pas de
collection d’oeuvres d’art. Ce qui confirme la thèse de Furtado (2004) selon laquelle "les pays
pauvres tendent à connaître, dans les premières phases du processus du développement, une
répartition inégale des revenus. De ce fait, la demande des produits industriels tend à se
concentrer sur les articles de luxe –automobile par exemple (…), ce sont précisément les
articles de luxes tels que les voitures, qui donnent généralement lieu à importation ou à
production intérieure par des firmes étrangères".
Si par contre, l’histoire de l’art révèle que : "quelque soit son origine, la collection suppose
une réserve des classes possédantes", alors cette thèse peut donc être nuancée, en associant
naturellement la possession d’une voiture de luxe avec l’acquisition d’une importante
collection d’oeuvres d’art ayant une forte valeur sociale. Comme par un effet de mode, il serait
logiquement inconcevable qu’un homme fortuné et cultivé soit dépourvu d’une bonne
collection d’oeuvres d’art de valeur. Cette hypothèse aurait le sens d’une redistribution des
revenus et d’une réduction des inégalités sociales en faveur d’un secteur qui par effet
d’entraînement comblerait la demande d’autres biens (bois, peinture, tissus, colle, etc.) au lieu
de créer un impôt qui rendrait l’économie inefficace. L’activité touristique et les expositions
d’oeuvres d’art sont des services durables. L’école de peinture de Poto-Poto a pendant
longtemps représenté un des sites d’attraction des touristes au Congo. Ainsi, grâce à l’activité
artistique, le secteur du tourisme a accru ses recettes et contribué à la croissance et au
développement économique. De plus en plus, le marché de l’art en Afrique contribue à
renforcer l’économie (cas de FESPACO au Burkina faso, du MASA en Côte d’Ivoire, etc.).
3) Nouvelle approche du développement basé sur l’art
Le développement africain a pendant la période des ajustements structurels (1980-2000) mis
l’accent sur l’économie et en particulier sur le marché. L’Etat se devait de réduire le budget
destiné à l’éducation et la culture. La politique des PAS s’est avérée être un échec car elle a
non seulement appauvri la culture, mais aussi les ménages. Au lieu de connaître la croissance
et le développement, les pays africains ont connu la stagnation et le déclin. Ainsi, une
nouvelle vision du développement s’impose. Celle-ci doit combiner l’amélioration de la
production et la promotion de la culture et donc des oeuvres d’art selon une approche
solidaire, innovante et intégrative.
a) La solidarité sociale et artistique au service du développement
En terme de développement, l’art étant le langage naturel de la conscience, les pouvoirs
publics sont potentiellement investigateurs des mouvements sociaux à travers les créations

allant dans le sens d’un projet qui viserait la transformation des mentalités en douceur, dans la
mesure où l’art africain sert la collectivité. Les artistes doivent participer au développement
dans le cadre des actions de sensibilisation contre les différents maux qui minent la société
(sida, chômage, enfants de la rue, guerre, drogue, etc.) en imaginant toutes les images avec les
tons qu’il faut, ainsi que les formes utiles et nécessaires à l’équité sociale, afin que la
population soit éduquée et conscientisée. Une telle solidarité permet aux groupes sociaux
vulnérables de traduire cette sensibilité aux générations montantes ainsi de suite. Les créateurs
sont capables d’imaginer des beaux et meilleurs scénarii en phase avec le développement
africain, c’est véritablement le monde du sensible et de la solidarité. Le "Conseil des sages"
de David Makoumbou est une belle illustration sur l’utilisation de la peinture comme véhicule
du message de solidarité sociale (Kouéna, 2004).
La participation aux expériences communes de création entre artistes et des populations aux
expositions peut encourager des gens d’origines différentes sur le plan national, social,
ethnique, religieux et linguistique à adopter une même vision du monde qui est un préalable
au développement. Le développement étant lui-même participation active et nécessaire de
tous les groupes sociaux qui doivent fournir des efforts solidaires et des sacrifices nécessaires
afin que les résultats souhaités de la croissance soient équitablement partagées.
b) Inventer le développement sur la base d’une nouvelle vision culturelle et artistique
L’Afrique doit forcément se bâtir un idéal social et économique en cherchant les voies
propres de sa réalisation.
Si les perspectives de développement socioéconomique ne sont pas encore tout à fait claires,
la faute en est à l’absence de perspectives claires dans l’évolution culturelle et artistique,
contrairement à la pensée de V.B. Miramanou1 qui utilise le schéma inverse. Sans une vision
culturelle authentique et innovante, il est impossible de promouvoir le développement
é conomique. L’exemple de Singapour, ville Etat de l’Asie du sud-Est et de la Malaisie qui se
sont développés dans la voie capitaliste tout en défendant leur spécificité culturelle illustre
bien le rôle primordial de la culture dans le développement (CV.J. W. L. Wee, 2004)
Etant donné que l’art prend une part essentielle dans la construction de notre imaginaire
social, de notre profil d’existence et d’émancipation, l’Afrique doit inventer des nouvelles
structures sociales capables de secréter des valeurs de bonté, de gaîté, d’optimisme,
d’entraide et de solidarité associables à la dynamique du développement. La peinture de Trigo
Piula est très féconde dans l’expression des valeurs authentiques (Kouéna, 2004). Elle
replonge le congolais dans son identité culturelle et sur cette base lui permet de mieux
connaître ses propres traditions et de réfléchir de façon féconde à l’émancipation sociale. Elle
combat une forme d’aliénation profondément ancrée dans la conscience de l’africain du fait
de la colonisation et de la domination de la culture occidentale.
C’est l’art qui permettra peut être à l’Afrique de retrouver la dimension culturelle,
é conomique, sociale et politique perdue.
Les oeuvres d’art qui ont un rapport avec le glorieux passé africain doivent avoir un effet
tonifiant dans cette redynamisation de la conception africaine du développement, en tenant
compte de la particularité de ses créations artistiques, scientifiques et technologiques.

1 cf. La culture africaine, symposium d’Alger, 21 Juillet-1er Août 1969, p. 320

En effet, plusieurs hypothèses nous laissent supposer qu’après la grande période coloniale,
dans l’inconscient collectif africain, le développement a pris le sens d’un "acte manqué".
Comme on peut le constater "la perte de la souveraineté nationale et de la conscience
historique par suite de l’occupation étrangère prolongée, engendre la stagnation et même la
régression, la désagrégation et le retour partiel à la barbarie" c’est cet état dans lequel
demeure ce continent que Cheick Anta Diop, l’auteur de "Civilisation ou barbarie" décrit ici.
d) L’interculturel, un processus dynamique de développement durable intégrée
Nous avons constaté que le triptyque économie, solidarité et écologie paraît très incomplet
pour concevoir un développement durable. La relation entre les trois éléments ne peut être
assurée que par la culture, ou l’inter culturel en économie mondialisée.
On peut définir l’interculturel comme "une démarche, un processus éco-socioculturel et
dynamique qui vise à promouvoir l’harmonie interethnique, en prenant conscience de nos
différentes cultures fortement ancrées dans nos pratiques sociales, économiques et
é cologiques. Ce qui conduit au développement d’une meilleure compréhension mutuelle par
la mise en évidence des valeurs, attitudes, croyances et pratiques dans le but de favoriser des
é changes de meilleures pratiques" (E. Esoh, 2003). Il signifie également le respect dans le
rapport avec les autres cultures. Et chaque culture doit habituellement détenir un des joyaux
susceptibles d’éclairer l’humanité et d’apporter sa thérapie aux maux du monde. Le projet de
l’ONG NEW MAA2 est pratiquement un modèle d’inter culturalité très remarquable
susceptible d’impulser le développement africain.
En développant le concept des itinérances d’art bantou qui est un projet d’exposition mobile
(Brazzaville - Pointe-Noire, Libreville – Yaoundé - Douala ), l’ ONG « NEW MAA » a initié le
Motaka," le nu au Congo" en mettant en place un objet solidaire au bénéfice exclusif de l’art,
c’est à dire le traitement du beau par excellence."Ces itinérances s’étaient métamorphosées
d’une certaine manière en lieu d’accueil, curieux et enchanteur pour les créateurs et les
rêveurs de tous les temps et de toutes les géographies " (L. Pongault, 2003).
En rassemblant les créateurs d’oeuvres de beauté, les amateurs d’art, les collectionneurs, les
critiques d’art et les communicateurs, dans le but de les amener à partager leurs expériences
diverses, ce projet a contribué à développer une nouvelle culture basée sur les échanges et
l’enrichissement réciproques entre plusieurs pays africains. Au cours de la première édition
d’exposition (2003) une oeuvre de Balonga Badoudy " la femme arc-en-ciel" avait été vendue
à 1.000.000 de F. CFA.
L’occident en cherchant à uniformiser le monde et à le rationaliser à son image l’a rendu plus
malade encore. Car les difficultés actuelles du continent africain ne sont que la conséquence
d’un mimétisme culturel à large spectre. Dans la société traditionnelle africaine, "l’art n’avait
pas la même signification que celle que nous donnons, de nos jours, à l’art moderne. A cette
é poque, l’art constituait un support de la religion. Il était de ce fait un moyen privilégié par
lequel les initiés accédaient aux réalités qu’ils étaient seuls disposés à connaître. Cela
explique l’esthétique particulière donnée par les artistes aux masques ou à la forme des
sculptures " (Ortolani 1983).

2 Muuntou Africa Art (MAA)

L’inter culturel est une interpellation aux dimensions profondes de la culture. C’est le résultat
d’un contexte écologique, économique, sociale et technologique bien précis. Tout projet de
développement pour être durable, doit intégrer la dimension inter culturelle en son sein.

CONCLUSION

En somme, la réappropriation de son passé culturel, actualisé et purifié de toutes ses charges
négatives et involutives en parfaite communion avec les autres cultures s’impose à l’Afrique.
Car, la valeur sociale d’une oeuvre d’art qui est l’expression identitaire d’une civilisation face
à ses préoccupations majeures et mondiales aujourd’hui, a une incidence directe sur sa valeur
é conomique. Les recettes et revenus touristiques, culturels et artistiques sans compter les
devises rapportées par le commerce de la culture et des arts contribuent au développement.
Culturellement, l’Afrique possède des ressources spirituelles et artistiques insondables qu’il
faut dynamiser et moderniser pour que naisse "le miracle africain » à l’instar de celui
« asiatique ».
Ainsi donc, en terme de développement, nous formulons les propositions suivantes :
· La promotion du tourisme par les décideurs congolais et les entrepreneurs privés, étant
donné que ce domaine constitue un service durable et un grand facteur d’inter culturalité ;
· L’organisation des métiers de l’art qui sont géniteurs de paix et de sensibilité humaine, et
notamment la mise en place d’une banque de données permettant d étudier l’évolution de
la demande et de l’emploi dans le secteur ;
· La création d’institutions spécialisées (écoles, musées, galeries, centres d’art etc.) pour
é veiller le goût esthétique au sein de la population, les musées doivent devenir des unités
de production culturelle et artistique au même titre que les stades pour le sport. Il s’agit
donc de les promouvoir.
· Favoriser la solidarité entre les créateurs en organisant les expositions communes, et
vulgariser le savoir et la connaissance en matière d’art ;
· Proposer des expositions à thème pour des motifs sociaux que l’on pourrait évaluer ;
· Créer des partenariats avec les galeries et les musées étrangers, afin de participer aux
expositions internationales pour la notoriété des artistes et du pays ;
· Procéder aux émulations pour encourager les artistes, et participer à la production des
catalogues et monographies des artistes, en dehors des guides touristiques pour la
dynamique du secteur.
Ces propositions qui ne sont pas exhaustives peuvent aider à asseoir une véritable politique
culturelle et artistique au service du développement. L’Etat a un rôle décisif à jouer parce
qu’il est le seul organe capable de concevoir la stratégie de développement en se fondant sur
l’équité et l’innovation (J. C. Boungou Bazika, 2004)

Références bibliographiques

- Benoist, L. (1960), Musées et Muséologie, coll. « Que sais-je ? », PUF, Paris.
- Benramdane, F. (2004), Intercuturaliser le développement durable, leçons et perspectives,
Ouagadougou (Burkina Faso), p.35.
- Bissek, N. (1995), Les peintures du fleuve, Sépia
12
- Boungou Bazika J. C. (2004), L’Etat et la construction de l’économie nationale : une
comparaison Afrique-Asie, Identity Culture and Politics, an afro-asian dialogue, vol.5, n°1-2,
December, pp.19-36, CODESRIA
- Diop,C, A. (1982), L’unité culturelle de l’Afrique noire, Présence africaine, Paris.
- Diop,C, A. (1981), Civilisation ou barbarie, Présence africaine, Paris.
- Diop,C, A. (1979), Nations Nègres et culture II, Présence africaine, Paris.
- Esoh, E . (2004), « Interculariser le développement durable », colloque développement
durable, leçons et perspectives, Ouagadougou (Burkina Faso), pp.77-73.
- Kandinsky, (1989), Du spirituel dans l’art, et dans la peinture en particulier, Denoël.
- Kouena, M, L. (2005), « Rhode Makoumbou Bath Scheba, l’archiviste du paradis perdu »,
in la Nouvelle République, n° 191, p. 15.
- Kouena, M, L. (2004), « David Makoumbou, peintre des valeurs sociales », in la Nouvelle
République, n° 174, p. 14.
- Kouena, M, L. (2004), « Solitude : une peinture de Trigo Piula », in la Nouvelle république,
n° 174, p. 14.
- Lacoste, J. (1981), La philosophie de l’art, PUF, Paris.
- Malcom, G. et al. (1998), Economie du développement, De Boeck université, Bruxelles.
- Ortolani S. (1983), Maçonnerie sous les Tropiques, Symbolisme en Afrique, Ed. la Grue
couronnée, Kinshasa.
- Senghor, L, S. (1964), Liberté I, Seuil, Paris.
- Serageldin, I, J. Tabaroff. (1992), Culture et développement en Afrique, ESD.
- Wee C. J. (2004), Forming an Asian Modern : capitalist, Modernity, Culture, « East Asia »
and Post-Colonial Singapore, Identity Culture and Politics, an afro-asian dialogue, vol.5, n°1-
2, December, pp.1-18, CODESRIA
- Widman, R. (1992), Culture et conception religieuse au Bas – Zaïre vers la fin du dixneuvième
siècle, CEZ, Kinshasa.

 
Contact :

Kouéna Mabika Louis
Centre d’Etudes et de Recherche sur les Analyses
et Politiques Economiques (CERAPE)
BP 15397 Brazzaville Congo
Tel : 570 40 41
E-mail : kouenamabika2002@yahoo.fr